Visite du salon Fashion Green Days : l’écologie au service de la mode

le 08/07/2019 par Manel Lakhal

 

Comment consommer moins mais mieux ? Comment limiter l’impact environnemental de l’industrie textile, l’une des plus polluantes au monde ?

Pour relever le défi de la transition écologique, l’industrie de la mode doit se tourner vers l’économie circulaire qui fonctionne en boucle, avec pour objectif de produire tout en limitant le gaspillage des matières premières et des sources d’énergie.

Les Fashion Green Days, qu’est-ce que c’est ?

Fashion Green Days est le premier forum de la mode circulaire et éco-conçue, organisé par l’association NordCréa de l’Ecole Nationale Supérieure Des Arts et Industries Textiles (ENSAIT) de Roubaix. Cet évènement ZERODECHET s’est déroulé les jeudi 23 et vendredi 24 mai 2019 à Roubaix et a réuni de nombreux partenaires engagés dans l’économie circulaire. Cette deuxième édition proposait « des leviers d’actions concrètes pour appliquer les principes de l’économie circulaire à l’industrie de la mode ».

Notre collaboratrice Manel LAKHAL s’est rendue sur place pendant deux jours et a pu rencontrer les acteurs du textile et assister aux conférences sur les thèmes de l’éco-conception et de la mode responsable. Elle nous parle de son expérience.

Visite du salon

Le salon a accueilli 60 entreprises et start-up, tournées vers l’innovation et la mode durable, qui ont exposé leurs produits et présenté les dernières innovations dans le domaine de la mode circulaire. Ces sociétés se sont engagées à mettre en place une stratégie circulaire au sein de leurs propres entreprises en :

– Mettant en œuvre une stratégie circulaire pour la conception et la création des produits

– Augmentant le volume et le traitement des vêtements usés collectés

– Utilisant des fibres textiles recyclées ou encore des fibres organiques

 

Ateliers

Au cours de ces deux journées, j’ai participé à deux ateliers professionnels autour de la mode circulaire :

Atelier 1 : Initiation à la 3D

La 3D consiste à créer un produit en trois dimensions dans un environnement virtuel. Grâce à divers outils de conception, les vêtements peuvent être prototypés puis testés virtuellement sur des mannequins, avant d’être découpés, cousus et photographiés. La conception 3D permet de simplifier et d’accélérer la conception mais surtout de réduire les déchets de coupe et de prototypage. Durant cet atelier, l’animatrice nous a présenté une collection  « Zero Waste » pour démontrer le potentiel écologique, technique et créatif de cette démarche.

Comment la 3D, de plus en plus utilisée dans l’univers de la mode, est-elle exploitée en 2019 ? Plusieurs logiciels nous ont été présenté parmi lesquels on retrouve :

Marvelous designer : Ce logiciel d’infographie 3D est utilisé pour la création et la simulation des vêtements 3D pour le cinéma, la télévision, le développement des jeux vidéo et la décoration intérieure. Ce logiciel concerne principalement les artistes et les professionnels du secteur de l’habillement et regroupe des outils de couture et de nouvelles fonctions de modélisation.

 

Clo 3D : Solution du même éditeur s’adressant aux secteurs de la mode et de la création, cet outil permet de simplifier les modifications sur les patrons 2D et de visualiser et simuler les prototypes en 3D. On y trouve de quoi concevoir et ajuster des vêtements en détails, avec des fonctions supplémentaires comme par exemple la visualisation des points de contact et de la pression du tissu sur le corps.

L’outil Clo3D permet de concevoir des pièces en 2D et 3D dans la même fenêtre et facilite ainsi la visualisation du produit avant même qu’il ne soit réellement prototypé.

 

The Fabricant : C’est un studio de design, qui se référence comme « Digital Fashion House ».

Les designers ont couplé les différentes technologies pour scanner les corps, concevoir des avatars et des vêtements et y appliquer des animations par la suite.

 

Shudu Gram : Cette influenceuse se revendique comme « First Digital Supermodel », un personnage virtuel créé en 2018 et soutenu par la marque de maquillage Fenty Beauty by Rihanna.

 

Atelier 2 : Traçabilité et transparence

« Traçabilité et transparence » se placent désormais au cœur des stratégies de gestion de la chaîne d’approvisionnement. Pour bien protéger son image de marque, une entreprise doit cartographier et représenter l’intégralité de sa chaîne d’approvisionnement, c’est-à-dire de la matière première au produit fini. Elle doit également collecter, transférer et communiquer toutes les informations aussi bien en externe qu’en interne.

Les animateurs nous ont présenté les outils permettant de représenter la chaîne d’approvisionnement, de collecter et de vérifier des informations fournies, ainsi qu’une solution de gestion des risques intitulée « Fair Makers ». Cette solution permet d’envoyer des questionnaires aux ouvriers tous les mois afin de collecter des informations, qui seront analysées et qui ensuite déboucheront automatiquement sur la mise en place d’un plan d’actions. Cet outil permet ainsi d’avoir un contrôle continue et de détecter le niveau de risque.

A chaque fois qu’il y a un risque, l’usine et la marque reçoivent une alerte et un plan d’actions est instauré avec des délais précis.

Ces deux ateliers ont été particulièrement enrichissants et démontrent les enjeux et les avantages de mettre en place des stratégies de mode plus responsables.

Chez Fit Retail, nous nous engageons dans cette direction avec la création d’une offre conseil design 3D s’appuyant sur Clo3D.

le 08/07/2019 par Manel Lakhal